Oui, on peut concilier business et écologie !

Le marché des produits «verts» est en plein enhance. Près des trois quarts des Français déclarent consommer de façon responsable, selon le dernier observatoire Cetelem. Ainsi, d’après l’Agence Bio, le chiffre d’affaires de l’alimentation biologique progresse de plus de 15% par an (à eight,4 milliards d’euros en 2017), tandis que les ventes factors du commerce équitable dépassent le milliard d’euros. Valorisé à plus de 400 tens of thousands and thousands, le marché hexagonal des cosmétiques naturels est le deuxième plus important d’Europe. Autant de chiffres qui font rêver de plus en plus d’entrepreneurs en quête de sens souhaitant concilier enterprise et développement sturdy. Voici les parcours de huit d’entre eux, qui ont réussi à faire de leur démarche écolo une vraie entreprise.

Phenix fait de l’or avec les invendus

De la banque d’affaires à la lutte anti-gaspillage, il y a un pas de géant que Jean Moreau, 34 ans, a franchi en 2014. Son idée ? Donner une seconde vie aux invendus alimentaires. «Nous avons transformé un centre de coût en un centre de income», explique ce diplômé de l’Essec et de Sciences Po Paris. Concrètement, les supermarchés demandent à Phenix de venir collecter les aliments avant qu’ils ne partent à la benne et de les apporter aux associations. Les distributeurs évitent ainsi des frais de destruction tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse, puisque 60% de la valeur de la marchandise cédée leur revient en réduction d’impôts. La payment de 18% prise par Phenix est indolore.

La start-up s’adresse aussi en direct aux consommateurs avec son enseigne Nous anti-gaspi (déjà deux magasins ouverts, dix sont prévus d’ici à la fin de 2019), et une appli cell permettant d’acheter des produits à prix cassés dans 1 000 commerces dans une quinzaine de villes en France. En cinq ans, elle est devenue le chief français de la récupération alimentaire. Après avoir changé trois fois de modèle économique, Jean Moreau emploie aujourd’hui 130 personnes, et sa société double son chiffre d’affaires chaque année (9 tens of thousands and thousands d’euros réalisés en 2018). L’an dernier, Phenix a levé 15 tens of thousands and thousands d’euros pour faire connaître son appli, développer son réseau de boutiques, étendre son activité au textile et aux produits d’hygiène et se développer dans d’autres pays. Phenix, futur chief mondial du secteur ?

Les Petits Bidons : la lessive qui sauve la planète

Faute de trouver en supermarché une vraie lessive écolo, Cyril Neves, 32 ans, a décidé de créer lui-même une lessive biodégradable, fabriquée en France et sans huile de palme. «Nous avons testé plus de 30 formules en laboratoire avant de trouver la bonne», confie cet ancien chef de produit chez L’Oréal et Danone. Pour faire connaître sa marque, Les Petits Bidons (sa lessive est conditionnée dans de petites bouteilles en plastique 100% recyclable), il a lancé l’an dernier une campagne de financement participatif sur Tudigo. «Nous avons levé 20.000 euros, le double du montant demandé. Beaucoup de personnes nous ont posé des questions sur la lessive, et l’une des contributrices, Margot Luscan (31 ans), est devenue mon associée.» En seulement quatre mois d’activité, plus de three.500 personnes ont testé leurs lessives, vendues en ligne (12,90 euros le bidon de 1 litre) ou par abonnement (de 12 à 36 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.